LES AUTEURS

 

WILLIAM EARL JOHNS
Ecrivain


Le "Captain" W.E. Johns est né à Hertford ( Angleterre ) en 1893. Instructeur au Royal Flying Corps, il participa à de nombreux combats aériens dans l'est de la France en 1918. Fait prisonnier après que son avion se fut écrasé au sol, il resta en captivité jusqu'à la Libération. Retourné à la vie civile en 1928, Johns se fit rapidement un nom dans l'écriture et le journalisme aéronautiques. C'est dans la revue Popular Flying dont il assumait la direction que Johns fit paraître la première aventure de Biggles en 1932. Cet essai fut suivi d'une centaine de courts romans jusqu'en 1968, date du décès de l'écrivain. Il était alors un écrivain de réputation mondiale, très populaire dans les pays anglo-saxons bien qu'il fut abondamment traduit. C'est à Biggles Que W.E. Johns doit sa renommée, même si on lui doit des dizaines d'autres romans. Au total, Johns écrivit 169 titres dont la plupart pour la jeunesse.

FRANCIS BERGESE
Dessinateur et scénariste

Francis Bergèse est né en 1941 à Crest (France), dans le sud-est de la France. Ce passionné d'aviation fut breveté pilote de planeur à 17 ans et pilote d'observation pour l'ALAT (Aviation Légère de l'Armée de Terre) à 20 ans. Sa carrière d'illustrateur et d'auteur de bandes dessinées débute en 1964. Après 8 années de vache maigre, il accepte un emploi de journaliste à plein temps au mensuel le "Fanatique de l'Aviation". Il en sera le rédacteur en chef avant de devenir celui de "Modèle Magazine". Il collabore à d'autres revues aéronautiques comme "Pilote Privé" et "Aviation Magazine International" où il se trouve en prise directe avec l'actualité. Après 5 ans de journalisme, il revient à l'illustration pour les boîtes de maquettes Heller. Ensuite, ce sera le retour à la BD par la grande porte, la rencontre avec Jean-Michel Charlier et la reprise de "Buck Danny". Parralèlement, il crée la série Biggles avec l'éditeur Claude Lefrancq. Francis Bergèse appartient aujourd'hui à la légende de la bande dessinée aéronautique française.

ERIC LOUTTE
Dessinateur

Né à Charleroi (Belgique) en 1961, il s'oriente très tôt vers les arts plastiques, formation qu'il complète aux beaux arts de sa ville natale, section BD, sous la direction du "parrain" de la bande dessinée carolorégienne, Vittorio Léonardo. Comme beaucoup de jeunes dessinateurs de sa génération, Eric Loutte subsiste grâce à la publicité où ses dons de maquettiste font merveille. L'entrée dans la BD se fera via les aînés : René Follet, tout d'abord, qui le prendra en 1987 comme assistant pour la série "Edmund Bell", et Christian Denayer qui le fera travailler sur "Les Casseurs". Ensuite, c'est la rencontre avec l'éditeur Claude Lefrancq qui lui donne sa chance avec une adaptation d'Asimov : "Les Poisons de Mars". La mort du célèbre écrivain de S.F. viendra prématurément interrompre la série. Heureusement, la décision de Francis Bergèse - actuel titulaire de la série Buck Danny- d'abandonner les aventures de Biggles va donner le vrai départ de la carrièe d'Eric Loutte. La qualité de son dessin et la minutie de son travail lui valent aujourd'hui le respect des amateurs de BD aéronautique, un genre dans lequel il s'est hissé à l'égal des plus grands.



MICHEL OLEFFE
Scénariste


Après une longue carrière dans le publicité et l'édition, Michel Oleffe s'est lancé dans le scénario en 1988, sur les conseils de l'éditeur Claude Lefrancq. Auteur, avec Olivier Grenson, de la série policière fantastique Carland Cross, dont il poursuit les aventures en télévision, Michel Oleffe s'est depuis attaqué à d'autres sujets. On lui doit la série "Le Marquis" (avec Jean-Luc Delvaux), un album des aventures d'"Alexe" (avec Marcel Jaradin), toujours dans le genre policier / aventure. Pour la télévision, il travaille actuellement sur des projets de séries pour la jeunesse. La série Biggles est sa première incursion dans le domaine du scénario aéronautique. Il a obtenu d'écrire des histoires originales à partir des personnages de Johns. Son goût pour la recherche documentaire et sa fascination pour les vieux "coucous" lui valent aujourd'hui l'amitié des amateurs d'aviation et d'histoires bien ficelées.

ROGER MELLIES
Dessinateur


Né à Béziers (France) en 1901, il démarre sa carrière d'illustrateur et d'auteur de BD dès les années '20. Il réalise à cette date un croquis d'ailes d'avion pour une usine américaine établie à Paris. Après quelques années consacrées à l'illustration publicitaire, sa première BD d'aviation s'intitule "Pilote des Sables", une BD à la gloire de l'Aéropostale, et paraît dans Pierrot en 1939. Il réalisera de nombreuses BD pour les journaux "Lisette", "Fillette" et "L'Épatant" parmi d'autres albums pour la jeunesse. Prisonnier pendant la seconde guerre mondiale, il recommence en 1944 avec de nombreuses séries, notamment d'aviation : "Aéroport Z", "Jérôme Gaillard", "Pancho Villa", "Les Aventuriers en image". Dès l'après-guerre, il est aussi un des principaux animateurs des éditions Artima avec notamment : "Escale 7", "Le Fantôme bleu du Hoggar", "Polyte, détective amateur", "Luc Hardy"... Il se fait connaître surtout grâce à "Tex Bill", "Tony Cyclone" et... "Biggles" dont les premiers fascicules sont publiés à partir de 1963. Après une vie bien remplie, il pose son crayon en février 1969.


FRANK LECLERCQ
Dessinateur

Il est né le 1er mars 1967 à Liège (Belgique). Après avoir fait des études d'arts graphiques à l'Institut Saint-Luc de Liège, il travaille pour le journal "Spirou" en collaboration avec Sergio Salma sur une série d'histoires policières. En 1992, il remporte le premier prix en catégorie scénario libre au concours de bandes dessinées de Charleroi. En 1994, il commence sa collaboration avec les éditions Lefrancq pour la mise en images du deuxième titre de la collection d'Agatha Christie : "Mr Brown - l'Adversaire secret". Toujours en évolution, dans le mythique "Dix Petits nègres", son style s'affirme, devient plus réaliste, plus incisif. On le retrouve un an plus tard dans un deuxième album de la reine du crime : "La Nuit qui ne finit pas". Avec ces premières pages de Biggles qu'il réalise sur les conseils (et sur un scénario) de Francis Bergèse, il passe brillamment du genre policier au genre aéronautique.